1. Accueil
  2. /
  3. News
  4. /
  5. Une rentrée sur fond…

Pouvoir d'achat - Réunion Monaco

Une rentrée sur fond de crise énergétique

Face à la baisse du pouvoir d’achat et de l’impact de la crise énergétique, l’Exécutif a annoncé un calendrier de mesures.

« Nous sommes dans un contexte difficile et complexe. Il faut que Monaco en tienne compte. Car la Principauté n’est pas coupée du monde. » Lors de sa conférence de presse de rentrée, le ministre d’État Pierre Dartout a annoncé les mesures gouvernementales prises en raison d’une conjoncture morose, entre inflation fulgurante, qui a « pour effet d’éroder le pouvoir d’achat des actifs et des retraités » et crise énergétique. Le premier coup de pouce étatique vise le secteur public : les rémunérations des fonctionnaires de l’État et de la commune, ainsi que celles du personnel hospitalier, ont été revalorisées de 3,5 % pour la troisième fois de l’année en septembre (elles l’avaient déjà été en janvier (+1,2 %) et en juillet (+2 %). Les salaires les plus bas de la fonction publique bénéficieront également à la fin 2022 d’une prime de 850 euros (+ 200 euros), les salaires médians de 650 euros (+ 150 euros) et les salaires les plus élevés de 450 euros (+ 100 euros). Ce qui représente une enveloppe globale de 7,7 millions d’euros pour l’État sur 2022. Si le Gouvernement n’a pas la main sur le portefeuille des employeurs, il « encourage le dialogue social avec les partenaires sociaux, par filière et par entreprise, pour trouver des bonnes solutions. » reste à savoir si l’Exécutif sera écouté par le patronat.


Feu sur un bouclier énergétique
Autre mesure à venir: un bouclier énergétique, pour colmater la crise de l’énergie. Pour le Ministre d’État, l’augmentation des prix de l’énergie a été « très modérée » pour la principauté en 2022, mais ça ne devrait pas durer. « Il y aura une hausse, pas très loin de ce que la France annonce, ce qui voudra dire qu’il y aura un effort substantiel à faire pour la financer. La principauté est très liée à la France sur le plan énergétique, notamment par la fourniture d’électricité, mais aussi par le fait qu’il y a un objectif d’avoir des tarifs comparables ». Un plan d’économies d’énergie doit également être mis en place dans les prochaines semaines. Toutes les hypothèses sont actuellement envisagée pour cette « maîtrise de la consommation » synonyme de sobriété: réduction de l’éclairage public, limitation du chauffage des bâtiments publics, mesures d’économies d’énergies « en concertation avec les entreprises ».
Pour la prospérité du pays à long terme cette fois-ci, un autre plan d’action est en voie de finalisation: il vise à doper l’attractivité, sous la tutelle du Délégué Interministériel Frédéric Genta. « Sujet prioritaire » pour le Gouvernement, il sera présenté prochainement. « Il ne faut jamais s’endormir sur ses lauriers. Surtout dans un contexte global où, du fait de la crise, des concurrents peuvent se battre encore plus fortement et plus efficacement », insiste Pierre Dartout. Comment? « Il s’agit de rapprocher les salariés en termes d’habitat de leur lieu de travail. Nous avons des progrès à faire dans le logement de nos actifs, les maires des communes voisines en sont conscients. » L’optimisation de la mobilité est également au cœur de la réflexion. Avec l’examen des différents projets de liaisons comme les navettes maritimes, le métro ou encore le téléphérique… « Nous devons nous poser la question de nos choix. Sont-ils pertinents sur le plan technique et sur le plan budgétaire ? C’est ce qui nous permettra de distinguer ce qui peut être fait à court terme et ce qui devra être fait à moyen et long terme. »

Budget rectificatif 2022

Le budget rectificatif 2022, excédentaire de 8,8 millions d’euros, devait être adopté le 18 octobre. « Nous nous appuyons sur la dynamique économique en principauté, qui s’est traduite cette année dans le secteur hôtellerie-restauration mais aussi dans d’autres secteurs, ce qui nous permet d’avoir des rentrées fiscales et de TVA importantes, justifie le ministre d’État. Cela nous permet à la fois d’assumer un certain nombre de dépenses supplémentaires mais également des dépenses structurelles, notamment en termes d’équipements ». Ainsi, 208 millions d’euros auront été déboursés en 2022 pour le plan national logement, et la construction de 1 690 logements domaniaux.

Milena RADOMAN

AUTRES ARTICLES

Une extension majeure par Virbac sur le site précédemment occupé par Primagaz jusqu’en 2021 dans la ZI de Carros a été annoncé dans les pages de Nice-Matin. Le groupe …