1. Accueil
  2. /
  3. Auto
  4. /
  5. Essai DS 7 Le…

Essai DS7 - Voiture de sport

Essai DS 7 Le règne du bon goût

En gommant les premières rides de son SUV 7 Crossback, DS fait aussi disparaître son surnom
pour plus de simplicité. Voici donc la nouvelle DS7 commercialisée à partir de 44 700 €.

Apparue en 2018, la DS7 Crossback avait déjà connu la gloire un an au-paravant en étant la voiture présidentielle accueillant Emmanuel Macron lors de son investiture. En descendant les Champs Elysées, elle s’était offert une vitrine exceptionnelle, filmée par des dizaines de télévisions du monde entier. Résultat, elle devint immédiatement en France leader des ventes des véhicules PHEV dans la catégorie Premium. Quatre ans plus tard, DS soigne son fer de lance pour lui permettre de conserver son statut en remodelant légèrement ses faces avant et arrière, en habillant plus somptueusement son intérieur et agrandissant son écran digital central, en la dotant de motorisations hybride rechargeables plus puissantes, mais aussi en supprimant son surnom de Crossback. Un anglicisme de moins, c’est forcément un progrès, et la DS7 apparaît plus svelte, plus belle, en toute simplicité.

Le choix de l’élégance
De profil, cette DS7 conserve la même silhouette, mais son nouveau caractère se dévoile par une face avant aux lignes plus incisives et une signature lumineuse au regard plus expressif. Élargie, la calandre est ennoblie de subtils motifs en pointe de diamant et vient compléter une jupe entièrement redessinée. Les nouveaux projecteurs affinés présentent des feux de jour dont la lumière semble passer au travers de la teinte de caisse créant un effet de profondeur et de brillance. Surtout, le flux lumineux est plus puissant, plus homogène avec une portée accentuée jusqu’à 380 m. La fonction d’éclairage en virage est gérée par l’intensité des LED en fonction de l’angle au volant. Les feux arrière LED au traitement écailles sont eux aussi plus fins, tandis que le volet de coffre a été également retravaillé.

La haute technologie au programme
Le système d’infodivertissement est l’une des nouveautés majeures de la DS 7. Son interface entièrement revue, totalement configurable est secondée par une reconnaissance vocale naturelle. L’écran tactile désormais de 12 pouces haute résolution permet d’afficher les visions avant et arrière, fournies par des caméras numériques. Dommage qu’il va falloir attendre la seconde génération de la voiture pour disposer d’une planche de bord plus moderne et fonctionnelle, style DS4, où l’écran central est positionné plus en hauteur, souligné (et non plus coiffé) par les aérateurs.
La DS7 présente également des technologies pour davantage de confort et de sérénité, comme une caméra infrarouge pour la vision de nuit ou une autre caméra placée face au conducteur, diagnostiquant le niveau de somnolence et d’attention.

360 ch et 4×4 pour le standing
Pour son lancement, la DS7 bénéficie d’une version limitée « La Première » (78 400 €) faisant la synthèse de ce que la voiture peut offrir de mieux et donc disponible uniquement avec une mécanique 4 roues motrices de 360 ch. Il s’agit du moteur essence de 200 ch accompagné de moteurs électriques sur les trains avant et arrière de 110 et 113 ch, couplés à une batterie de 14,2 kWh. Voies élargies, assiette abaissée et freins de grand diamètre assurent l’esprit Grand Tourisme à la DS7. L’autonomie en mode zéro émission est de 62 km avec une vitesse de pointe de 140 km/h. Au-delà, le thermique entre en fonction. Avec la même motorisation proposée en seulement 300 ch l’autonomie dépasse 80 km.
La version deux roues motrices de 225 ch (moteur essence de 180 ch et moteur électrique sur le train avant de 110 ch) semble mieux adaptée et suffisante pour nos routes limitées à 90 km/h. L’autonomie en 100 % électrique est homologuée à 80 km. Quant à la motorisation Diesel de 130 ch, elle est destinée à ceux qui veulent se passer de la contrainte de la borne de recharge aléatoire, et ils sont nombreux…mais il aurait été plus judicieux de prévoir une version Hybride simple qui fait la fortune de la concurrence.

Philippe LACROIX

AUTRES ARTICLES

Une extension majeure par Virbac sur le site précédemment occupé par Primagaz jusqu’en 2021 dans la ZI de Carros a été annoncé dans les pages de Nice-Matin. Le groupe …