1. Accueil
  2. /
  3. Zoom
  4. /
  5. Elysys: « La partie…

Photo Maxime Wattel Family Office

Elysys: « La partie immergée de l’iceberg, ce sont les Family Office»

Les Family Office sont des investisseurs incontournables dans la finance mondiale. « Partie immergée de l’iceberg», ils ont besoin d’outils adaptés pour gérer leur fortune. Plongée dans les coulisses de la finance avec Elysys, fournisseur de solutions comptables spécialisées.

« Quand on imagine la finance mondiale, tout le monde pense aux banques mais la partie immergée de l’iceberg, ce sont les Family Office. Les banques créent des produits financiers, titrisent des fonds. Nous on travaille avec le Buy-Side, ceux qui travaillent avec les établissements bancaires», indique Max Wattel, Directeur Général d’Elysys. Depuis 2006, cette société fournit des solutions de logiciels pour les sociétés de services financiers. « Notre cœur de métier, ce sont les Family Office qui représentent 80% de nos clients. Mais nous fournissons également des sociétés du secteur privé et institutionnel comme des sociétés d’assurances spécialisées dans le Prîvate Equity. Par exemple, la deuxième plus grande banque d’investissement de Trinidad et Tobago utilise nos services. »


Le phénomène est mondial. Les FO ont vu le jour à la tin du 19e siècle avec les grandes familles industrielles comme les Rockefeller, pour gérer les tâches quotidiennes et administratives et développer le pa­trimoine familial. Aujourd’hui, de plus en plus de milliardaires créent leur propre entité pour gérer leur fortune. Leurs investissements sont estimés à 4 000 milliards de dollars d’actifs, soit l’équivalent de 6% en valeur des bourses mondiales ! « Un Single Family Office cela peut aller de 500 millions à 30 milliards d’euros, avec un personnel de 150 personnes pour le gérer. C’est une grande partie de la finance mondiale. Cela représente des sommes colossales ! Environ 200 milliards sont ainsi gérés par notre clientèle», ajoute le dirigeant.


Un outil pour définir sa stratégie d’investissement à court ou long terme


Pour gérer leurs achats comme leurs portefeuilles financiers ou leurs biens immobiliers, voire leurs chevaux de courses, ces acteurs financiers ont besoin d’outils informatiques adaptés. C’est là qu’intervient Elysys, qui, à la demande de Family Offices clients, a progressivement adapté son logiciel comptable – qui fonctionne dans l’ERP de Microsoft , et proposé un kit complet, permettant de faire interface avec les banques d’investissement à Monaco. Gestion des achats, des fournisseurs, des clients, du patrimoine immobilier, gestion de portefeuille et d’inves­tissement, reporting … « En 2006, nous nous sommes rendus compte qu’il y avait un réel besoin. Notre outil comptabilise chaque vente ou transaction. Les rapports comptables permettent ainsi de voir où en est chaque investissement, en fonction des dernières valeurs des marchés et des taux, ils offrent la possibilité de piloter les décisions et de définir sa stratégie à court ou long terme pour tout type d’investisse­ment (private equity, investissements alternatifs, actions, obligations, dérivés, prêts, emprunts, etc.). Certains Family Office ont une gestion très active, plus à risque avec des produits liquides (actions, futures, options) et peuvent investir des sommes conséquentes dans des produits structurés. D’autres familles plus traditionnelles, qui ont fait fortune dans le shipping ou l’industrie pharmaceutique par exemple, ont une gestion plus conservatrice. Tout dépend de leur background», ajoute Max Wattel.


Evolution des investissements depuis 15 ans


Acteur indirect du monde financier, Elysys a observé l’évolution des tendances d’investissement par les Family Office ces 15 dernières années. « Au début. il y avait essentiellement des obligations, des instruments à taux fixe, il y a eu un moment où les Hedge Funds et le Private Equity se sont développés; maintenant, les clients re­cherchent beaucoup de produits structurés », note le dirigeant de la société, qui perçoit également une orientation en fonction de la zone

Milena RADOMAN

 

AUTRES ARTICLES

A la COP28 de Dubaï, qui s’est soldée par un engagement des états à “opérer une transition en dehors des énergies fossiles”, le Prince Albert a annoncé un plan …