1. Accueil
  2. /
  3. Zoom
  4. /
  5. Monaco, pôle gastronomique

six-restaurants-etoiles-neufs-macarons-au-guide-michelin

Monaco, pôle gastronomique

Avec six restaurants étoilés et neuf macarons au guide Michelin, Monaco attire les fins gastronomes. La SBM est le seul resort d’Europe à être récompensé de sept étoiles…

Avec aujourd’hui six restaurants étoilés, Monaco est devenu une destination pour les amoureux de la gastronomie. L’histoire a commencé avec Alain Ducasse, qui a forgé son empire depuis le Louis XV. C’est en 1987 que le prince Rainier III fait appel au chef pour prendre la tête des cuisines de l’Hôtel de Paris. Alors âgé de 33 ans, il obtient les trois étoiles au guide Michelin en seulement trente-trois mois ! Aujourd’hui, la brigade d’Emmanuel Pilon est chargée de conforter la réputation de l’établissement. Au 8e étage de l’Hôtel de Paris Monte-Carlo, le Grill (une étoile) offre un panorama exceptionnel grâce à son toit ouvrant. Au Monte-Carlo Bay, Marcel Ravin vient de décrocher sa deuxième étoile. Le chef Martiniquais, qui propose au Blue Bay une cuisine métissée, est considéré comme l’un des plus doués de sa génération. La table de l’hôtel Hermitage de Monte-Carlo (une étoile) commence tout juste une nouvelle histoire avec Pavyllon, le restaurant de Yannick Alléno, développé au Pavillon Ledoyen depuis 2019. Sa terrasse a été entièrement relookée en jardin méditerranéen.


Au Métropole, le restaurant deux étoiles Joël Robuchon a disparu depuis le décès du chef français, tout en conservant la cuisine fabuleuse de Christophe Cussac, toujours aux manettes. Le Yoshi (une étoile) rend hommage à la cuisine du pays du Soleil-Levant, grâce à son chef Takeo Yamazaki. A noter que cet été, le Yoshi déménage près de la piscine où l’on peut déguster ses plats signatures : Ebi Shinjo (boulettes de crevettes au kombu) et Ghindara (morue noire marinée 72 heures). C’est d’ailleurs une ancienne disciple de Robuchon, Mélanie Serre, passée par Le métropole et cheffe exécutive de l’Atelier Etoile de Joël Robuchon, qui prend la tête de l’Elsa. Cet établissement 100 % biologique et pêche sauvage – baptisé en référence à Elsa Maxwell, célèbre journaliste américaine connue pour avoir contribué à encourager la mode des bains de mer à Monaco tentera certainement de retrouver son étoile. Avec Paolo Sari, l’Elsa était devenu le premier restaurant étoilé 100% bio. Enfin, la Table d’Antonio Salvatore au Rampoldi (une étoile) a bâti sa réputation sur un sourcing irréprochable, associant les petits producteurs de Menton à San Remo, mais aussi certains produits importés du sud de l’Italie.

Miléna RADOMAN

AUTRES ARTICLES

Une extension majeure par Virbac sur le site précédemment occupé par Primagaz jusqu’en 2021 dans la ZI de Carros a été annoncé dans les pages de Nice-Matin. Le groupe …