1. Accueil
  2. /
  3. Economy
  4. /
  5. Changement de présidence à…

Société des Bains de Mer - Monaco

Changement de présidence à la SBM

C’est à la fin d’un exercice marqué d’une progression de 57% du chiffre d’affaires et d’un résultat opérationnel de 35,4 millions d’euros que Jean-Luc Biamonti a annoncé qu’il quittera la présidence de la Société des Bains de Mer en mars 2023. Le nouveau président sera un certain… Stéphane Valeri.

La rumeur enflait depuis quelques mois. Elle a été officialisée le 23 septembre. En pleine assemblée générale puis devant la presse, Jean-Luc Biamionti a annoncé qu’il quittera la présidence déléguée de la Société des Bains de Mer, avant de lâcher le nom de son successeur : Stéphane Valeri. Par un jeu de vases communicants, Brigitte Boccone-Pagès a en effet laissé sa place d’administratrice au Président du Conseil National démissionnaire. Au départ de Jean-Luc Biamonti, à la fin de l’exercice en cours, en mars 2023, Stéphane Valeri devra être élu par le conseil d’administration de la SBM. «Je rejoins avec fierté cette grande société à laquelle ma famille et moi-même sommes très attachés depuis plusieurs générations », a commenté aussitôt, Stéphane Valeri dont l’arrière-grand-père, le grand-père et le père étaient employés de jeux… Après avoir travaillé dans sa jeunesse pour le groupe hôtelier et casinotier, en tant qu’attaché de direction au service des ventes puis au service promotion et publicité, le parlementaire, ex-conseiller national et PDG de Promocom, sera donc bientôt propulsé à la tête du fleuron de l’économie monégasque, premier employeur de la Principauté. Une société qui, après des années de vaches maigres, a retrouvé le chemin de la profitabilité.

Vers un profit record ?
« Si l’activité du Groupe s’inscrit dans un contexte de sortie progressive de la crise sanitaire et reste dépendante de l’évolution du contexte géo-politique avec la situation de guerre affectant l’Ukraine et la crise avec la Russie, les résultats favorables constatés au cours des cinq premiers mois devraient permettre d’enregistrer encore une forte augmentation du résultat opérationnel en 2022/2023 », s’enthousiasme la SBM. Jean-Luc Biamonti envisage même la réalisation d’un profit opérationnel supérieur à celui de l’exercice record 2007/2008, soit de 64,1 millions d’euros. Un chiffre jamais égalé depuis !
Seul point noir au tableau : la SBM devra, comme ses concurrents d’ailleurs, combler la pénurie de saisonniers, qui manquent à l’appel depuis la crise du Covid-19. « Ce sont des métiers difficiles, où il faut être prêt à travailler la nuit et le week-end », reconnaît Jean-Luc Biamonti. La SBM planche ac-tuellement sur des solutions pour gagner en attractivité. Notamment pour améliorer et augmenter les logements réservés au personnel saisonnier mais aussi proposer un poste l’hiver aux meilleurs. « Un saisonnier qui a fait un travail remarquable, si on le laisse partir, on n’est pas certains de pouvoir le récupérer l’année d’après », a ainsi déclaré Jean-Luc Biamonti, qui n’exclut pas que la SBM investisse dans un hôtel dans une station de ski comme celle de Courchevel. Ce sera l’un des futurs défis de Stéphane Valeri. Aujourd’hui, l’administrateur s’est vu confier différentes missions par le conseil d’administration. Notamment de proposer des évolutions du modèle social, responsable et durable de la société ou encore d’examiner les pistes de développement à l’international. Les observateurs attendent avec curiosité de voir en action cet animal politique, à la parole libre, aux manettes d’une société cotée en bourse, à la communication ultra-réglementée.

Milena RADOMAN

AUTRES ARTICLES

Une extension majeure par Virbac sur le site précédemment occupé par Primagaz jusqu’en 2021 dans la ZI de Carros a été annoncé dans les pages de Nice-Matin. Le groupe …