1. Accueil
  2. /
  3. What Else
  4. /
  5. TOUT CE QUE L’ON…

TOUT CE QUE L’ON A OUBLIE !

Et les enjeux de la Ville de demain.

Nous constatons un indispensable enrichissement conceptuel : sans véritable politique territoriale, au gré souvent des opportunités diverses.

Les Villes sont considérées comme potentiel de richesse que ce soit matérielle ou encore spirituelle. Seule une « accélération de vitesse » est dûment constatée, le capitalisme en est une principale avec la mobilité professionnelle et territoriale ;  tout se déroule de manière acceptée, rares sont les Villes encore résilientes.

L’urbanisme est une discipline de l’espace-temps,  « étude de ce qui existe déjà, ce qui sera modifié par l’ouverture d’une rue, d’un square, la construction nouvelle des habitations »

La Ville, son image, le regroupement de constructions sont les éléments fondamentaux pour le bien-être de l’être humain.

Toute négligence est inacceptable de la part des responsables des Villes. OUI, la qualité urbaine a une influence non négligeable sur la vie des citoyens.

Les simples préoccupations de la circulation, l’assainissement, l’hygiène, sont des problèmes sociaux, économiques, esthétiques.

L’urbanisation est, par essence disciplinaire, sociale pour les raisons suivantes : elle traite de la vie urbaine et des besoins des humains : se loger, se détendre, travailler, circuler.

Cependant, on parle maintenant d’écologie et  de « candidat Vert » où il faut associer la volonté de prise de conscience écologique et des nouvelles technologies qui donnent à l’humain une plus grande complexité dont la synthèse et la cohérence inventive des habitants, et dont, il doit tenir compte maintenant.

Malheureusement l’écologie et la sécurité donnent des compléments à la cohérence générale de l’urbanisme qui doit s’adapter de plus en plus à l’existant et tend à une homogénéisation. Une bonne cohérence des vies urbaines se nourrit de diversités, par exemple la transmission des diverses architectures. Actuellement, l’écologie peine à prospérer.

Afin de limiter les mobilités, d’appliquer au mieux l’utilité des emplois/résidences, la vie urbaine favorise les diversités. Pour exemple : l’insécurité foncière, la spéculation immobilière,  « ses grands projets urbains inutiles » , l’empoisonnement des sols et de l’eau ;

en l’état, l’urbanisme reste encore à retrouver.

Un environnement n’est pas un “banal” contenant.   Il est actif et réactif, esthétique et éthique.

Repenser l’urbanisme INFOLIO Collection Archigaphy

Suzanne Belaieff

AUTRES ARTICLES

Agents immobiliers, banquiers, assureurs, MFO, bijoutiers ou casinos… Tous les professionnels assujettis à la loi anti-blanchiment sont tenus de connaître les risques liés à leur activité et à leur …