1. Accueil
  2. /
  3. Zoom
  4. /
  5. Monaco Digital :« Il n’y a…

monaco-digital-bien-etre-drh

Monaco Digital :
« Il n’y a pas de bien-être sans plaisir »

Coaching sportif, formations internes, télétravail, charte sur la déconnexion… Monaco Digital mise sur différents outils pour favoriser le bien-être de ses employés.

« Nous avons un baby-foot dans l’espace cuisine et il s’y joue des parties endiablées, mais pour
moi ce n’est qu’un aspect cosmétique… Ce qu’on essaye de faire, à travers notre politique de ressources humaines, c’est de créer les conditions du bien-être au travail».

Au sein de Monaco Digital, Sabrina Dieu est DRH depuis 1 an et demi. Pour infuser un esprit d’équipe dans cette entreprise de services numériques (ESN) qui a grossi rapidement – passant de 140 employés il y a 4 ans à 250 (200 sur Monaco), cette ancienne de Capgemini affirme privilégier le mode collaboratif et le dialogue social. « Il est essentiel de communiquer, de se rencontrer, au-delà de l’entretien annuel destiné à évaluer, féliciter les employés et de réajuster si les objectifs ne sont pas tenus. » Comme beaucoup, la société a basculé dans le travail à distance avec la crise du Covid. Et depuis le 1er avril, 100% des salariés sont éligibles au dispositif de télétravail, de un à deux jours par semaine. « Cela réduit le stress et la fatigue liés au transport et aux embouteillages. Mais il faut faire attention aux écueils. On travaille actuellement sur la déconnexion pour éviter la surchauffe! L’outil numérique peut être vampirisant… » Pour éviter l’hyperconnexion, les managers sont sensibilisés aux risques psycho-sociaux et aux signaux de mal-être ou de burn-out. « Il faut déceler les réactions de personnes qui ne mettent pas leur caméra en visioconférence, qui se déclarent en fatigue mentale ou utilisent un langage agressif… » Les e-cafés instaurés durant la crise ont été maintenus pour créer des lieux d’échange. « C’est comme si on se retrouvait devant la machine à café le matin à 9h, sauf que c’est en ligne. On parle de tout et cela a contribué à maintenir le lien social », commente Karin Steiner, chef de projet chez Monaco Digital.

Favoriser l’évolution interne


Autre élément clé selon Sabrina Dieu de la valorisation du person-nel: la possibilité d’évoluer au sein de l’entreprise. « Les formations internes et externes sont essentielles. Nous avons ainsi mis en place un programme managers SAPHIR (Smart Agile Promouvant Humble Inspirant et Responsable), qui permet de former des leaders », ajoute Sabrina Dieu pour qui le monde a changé de culture d’entreprise. Exit l’autoritarisme. « Il faut générer du sens et de l’envie, utiliser des outils collaboratifs. Chacun peut participer, élaborer des projets internes à l’entreprise, bref, être partie prenante. »

Monaco Digital fait également partie de ces sociétés qui ont mis en place un coaching sportif, durant la semaine de travail. « Des activi-tés de crossfit et de yoga sont organisées depuis 3 ans le mardi et le jeudi à la pause déjeuner. Cela procure une coupure réelle et crée un lien différent avec les collègues de travail. Certains d’entre nous ont même participé ensemble au Marathon Nice-Cannes », explique Karin Steiner, qui fait partie du fonds social. « Le salarié ne paye que 5 euros par séance et l’entreprise finance le reste. » Une action du Fonds Social qui se décline par l’organisation d’ateliers cuisine en ligne et le financement d’activités culturelles et sportives pour les employés et leur famille (75 euros par an). « Au travers de ces activités, on prend du plaisir à être ensemble et cela soude les équipes. Et il ne peut pas y avoir de bien-être sans un peu de plaisir », lâche la DRH en souriant.


Un taux de cooptation de 40%


Comment évaluer que cette politique marche? « Pour moi, l’indice révélateur est le pourcentage de cooptation. Il est de 40%! Ce sont nos collaborateurs qui recommandent de travailler chez nous, c’est un signal fort! S’il diminuait, il faudrait s’interroger, tout comme si le taux d’absentéisme ou le turn-over augmentaient… » observe Sabrina Dieu, qui mesure l’investissement des équipes grâce à la participation d’événements. « Au dernier kick-off en ligne, présentant les chiffres de l’entreprise ainsi que sa stratégie, tout le monde s’est connecté et beaucoup sont restés jusqu’à minuit alors que ce n’était pas obligatoire. » Il faut dire que pour l’occasion, la boite avait envoyé une box à tous les employés avec vin, fromage et goodies à l’effigie de l’entreprise, et organisé des jeux, suite à la présentation… Est-ce rentable? Si la société ne souhaite communiquer le coût d’un tel investissement, selon la DRH, il est « bien inférieur à ce que cela apporte à l’entreprise ».

Miléna RADOMAN

AUTRES ARTICLES

Une extension majeure par Virbac sur le site précédemment occupé par Primagaz jusqu’en 2021 dans la ZI de Carros a été annoncé dans les pages de Nice-Matin. Le groupe …