1. Accueil
  2. /
  3. Zoom
  4. /
  5. MonaBike, Monaco en bicyclette……

MonaBike, Monaco en bicyclette… électrique

MonaBike prétend être le moyen le plus rapide pour se déplacer à Monaco. Son atout : un parc de 350 vélos électriques et 49 stations réparties dans la Principauté. 

En 2023, plus de 600 000 trajets ont été effectués en MonaBike, soit plus de 20% de plus par rapport à l’année 2022.  A l’instar des villes d’Europe du Nord et des principales villes françaises, Monaco a cédé aux sirènes d’un système de vélo à assistance électrique en libre-service en 2019. Un tel dispositif (VLS) – avec mise à disposition de bicyclettes stationnées sur l’espace public – a plusieurs avantages pour l’usager : permettre la dépose du vélo dans un point différent du lieu de retrait et le soustraire aux contraintes de stationnement et d’entretien. « Le vélo en libre-service représente une petite part du cocktail de transport, mais, pour une ville, c’est une aubaine. Pour le prix d’un seul bus articulé, vous avez 1 000 vélos robustes et sécuritaires. Les villes se les arrachent. Les études prédisent une croissance annuelle du marché mondial de 10% » expliquait lors de l’installation Luc Sabbatini, PDG de PBSC Solutions Urbaines, le fournisseur des Monabike.

Le vélo électrique en force :

Une nouvelle étude menée par l’ADEME et l’Association des Acteurs du vélo public vient de confirmer la popularité grandissante du vélo électrique.

  • La France compterait environ 940 000 abonnés à des offres de VLD (Vélo location longue durée) ou VLS (Vélo en libre-service)
  • 133 000 vélos en location sont actuellement en circulation (2/3 en VLD, 1/3 en VLS)
  • Le parc de vélos électriques ne cesse d’augmenter : de 3 000 en 2015, il est passé à 85 000 aujourd’hui
  • 49 % des sondés refont du vélo régulièrement dans leur temps libre grâce aux services

Jusqu’à 25 km/h

Depuis quatre ans, cette flotte de vélos rouges et blancs a séduit de nombreux résidents et pendulaires. L’assistance électrique leur permet de grimper les côtes pentues de la Principauté et d’éviter les bouchons. Ces vélos peuvent atteindre jusqu’à 25km/h et sont garantis pour une durée de dix ans. « Avec une batterie complètement chargée, le vélo dispose de 60 km d’autonomie », explique la Compagnie des Autobus de Monaco. Côté tarifs, « le trajet unique permet de réaliser un aller simple de moins de 30 minutes d’une station à une autre, au prix d’1 euro* », précise l’opérateur qui propose également différents pass (18 euros le mois) et abonnements annuels (72 euros ou 48 euros pour un abonné à un parking public).

Parmi les usages de Monabike : le « vélotaf », à savoir utiliser son vélo pour se rendre au travail. Selon une étude récente de l’Agence de la transition écologique française (Ademe), le vélo à assistance électrique (VAE) favorise le passage de la voiture au vélo. « 49 % des abonnés en longue durée et 26 % pour ceux en libre-service déclarent avoir réduit l’usage de leur voiture depuis le début de leur abonnement ». 10 % disent avoir renoncé à l’achat ou de continuer de rouler avec leur voiture… Les raisons d’abandonner la voiture au profit du vélo sont nombreuses : réduire son empreinte écologique ; réaliser des économies sur les dépenses en carburant ; les bienfaits apportés à notre santé (réduction du stress, amélioration de l’humeur générale, etc.), moins de temps passé dans les transports… Même si beaucoup hésitent à sauter le pas en l’absence de pistes cyclables dédiées et la crainte de cohabiter avec les voitures, dans un trafic dense.

Une extension aux villes limitrophes

Dans cette perspective, les pendulaires habitant dans les communes limitrophes sont ravis que Monabike y étende sa toile. C’est déjà le cas à Beausoleil. Monaco a ainsi donné à la ville trois stations (situées au marché Eiffel, place du Commandant Raynal et aux Moneghetti) et 49 vélos pour un montant avoisinant les 95 000 euros. Cette dernière recevra une quote-part de recettes et devra assumer les dépenses de fonctionnement et l’entretien du parc pour un montant annuel de 106 000 euros. La maintenance technique étant, elle, assurée par la Compagnie des autobus de Monaco. A Paris, qui se classe dans le Top 10 des villes vélotafeuses, 68 % des trajets en vélos réalisés quotidiennement dans la capitale sont des liaisons domicile-travail**.

* A partir d’1 h d’utilisation, le coût supplémentaire est de 2 € par demi-heure.

** D’après une étude réalisée par Lime, l’un des principaux fournisseurs de trottinettes et de vélos électriques en libre-service, fin 2023, Paris est la 7ème ville la plus “vélotafeuse”.

Impact des services VLD sur l’usage de la voiture (se séparer, renoncer à l’achat ou diminuer l’usage de la voiture) par type de commune de résidence en France :

AUTRES ARTICLES

La 111ème édition du Tour de France se démarque par deux modifications exceptionnelles. Tout d’abord le départ sera anticipé au 29 juin 2024 par rapport au calendrier habituel, en …