1. Accueil
  2. /
  3. Auto
  4. /
  5. Essai Opel Astra Electric

Essai Opel Astra Electric

Un mariage réussi

Avec l’objectif de produire des modèles uniquement 100 % électrique dès 2028, Opel met sur le marché sa nouvelle Astra en mode totalement propre et silencieuse. À partir de 40 990 €.

Contraint et forcé, Opel lance sa croisade pour proposer dans 5 ans une gamme complète de véhicules sans le moindre moteur thermique, un pari imposé par le Groupe Stellantis créé en 2021 dont fait partie la marque d’origine allemande. Toutefois, depuis son rachat en 2017 par Peugeot, Opel a su conserver une certaine double nationalité en gardant sa propre personnalité, tout en bénéficiant de la technologie française. La nouvelle Astra, dans sa version 100 % électrique, en est une démonstration parfaite. En effet, elle est bâtie sur la même plateforme que la Peugeot 308 avec la même mécanique, d’où un comportement routier remarquable et un compromis confort-tenue de route exemplaire, tandis qu’elle est fabriquée à Russelsheim en Allemagne avec la rigueur qui va avec, aux côtés d’ailleurs de la DS4. 

156 ch et un bel équilibre

Sous le capot de l’Astra Electric, on trouve donc un moteur électrique de 156 ch (115 kW) et un couple maxi et immédiat de 270 Nm. Son poids en ordre de marche ressort à 1.679 kg, ce qui n’est pas rien, mais il est bien inférieur à la concurrence. Il contribue aussi à la vivacité de la voiture, 9’’2 pour le 0 à 100 km/h et une vitesse maximale affichée à 170 km/h. Trois modes de conduite sont disponibles, Eco, Normal et Sport, afin de s’adapter à l’environnement (ville, route ou autoroute) et… à son autonomie restante.

L’énergie est stockée dans une batterie lithium-ion de 54 kWh située dans le plancher, de sorte qu’aucun espace n’est perdu dans l’habitacle. Le coffre conserve aussi son volume de 352 litres. Sièges arrière rabattus, la capacité peut même atteindre 1 268 litres. Autre avantage, le centre de gravité de la voiture étant abaissé, la voiture dispose d’une meilleure assise sur la route.

Plus de 400 km en autonomie !

Le bloc batterie, particulièrement compact et au poids optimisé, permet une autonomie jusqu’à 418 km (théoriquement). La concurrence directe de L’Astra fait mieux… mais avec une batterie plus grosse. La contre-partie, c’est un temps de recharge plus court, de l’ordre de 30 % pour atteindre les 80% de capacité de la batterie sur une borne de recharge rapide en courant continu de 100 kW. En outre, l’Astra électrique est équipée de série d’un chargeur embarqué triphasé de 11 kW qui peut se brancher à domicile sur une wallbox. À noter que le système de freinage régénératif permet de récupérer de l’énergie. En fait, les 418 km d’autonomie peuvent se réaliser plutôt en ville en mode éco, alors que sur autoroute il vaut mieux tabler sur 250 km, mais en utilisant le mode sport qui offre la vivacité nécessaire pour voyager en pleine sécurité.

Des lignes séduisantes

Sur le plan esthétique, son affiliation française lui a fait le plus grand bien. Longue de 4,37 m, large de 1,86 m; et haute de 1,49 m, l’Astra attire les regards par ses lignes fluides, bien équilibrées, ses jantes en alliage de 18 pouces et sa peinture bicolore avec toit et coques de rétroviseurs extérieurs noir carbone.

À l’intérieur, la planche de bord tout numérique, conçue comme un unique grand écran très large, est remarquable de simplicité et de fonctionnalité. Elle ne peut faire que l’unanimité contrairement à celle de la 308.

Enfin, la liste des systèmes d’aides à la conduite va de l’alerte de collision avant avec freinage d’urgence automatique et détection des piétons, à l’aide au stationnement avant et arrière ainsi que la caméra avec vision à 360 degrés.

Philippe Lacroix

AUTRES ARTICLES

Depuis la mise en place de la signature électronique en Principauté, le Monaco Economic Board a déployé la dématérialisation de son service de formalités internationales. « Le Monaco Economic Board, …